Edito

E-santé : La télémédecine prend ses marques en 2018

La télémédecine est un secteur qui fait parler de lui en France ces derniers temps. Le premier ministre Edouard Philippe l’a promis, 2018 sera l’année de la télémédecine ! Selon un sondage d’Adréa Mutuelles, publié début mars, quatre Français sur dix sont favorables à cette nouvelle façon de consulter. 

Mais cette évolution vers la télémédecine a bel et bien commencé, par exemple, depuis le 1er novembre 2017, les téléconsultations en maison de retraite sont remboursées par l’assurance maladie. En ce qui concerne le privé, le lancement de téléconsultations en ville et leur remboursement par l’assurance maladie est inscrit au financement de la Sécurité Sociale pour 2018. De plus, bon nombre de Startup se lancent déjà sur le marché avant même d’avoir attendu la mise en place du financement par l’assurance maladie. 

 

Malgré cela plusieurs freins sont néanmoins apparus. L’assurance maladie par exemple veut uniquement dédier ce service aux malades chroniques et aux habitants des déserts médicaux. Le deuxième frein majeur est le manque de spécialistes en télémédecine.

 

Nous verrons qu’APP in WAVES contribue au développement de ces nouvelles technologies en apportant toute son expertise technique auprès de différentes startups ou institutions.

  

Mais concrètement la télémédecine qu’est-ce que c’est ?

 

Selon le décret d’Octobre 2010, la télémédecine est définie par « l’ensemble des actes médicaux, réalisés à distance, au moyen d’un dispositif utilisant les technologies de l’information et de la communication ». 

Cette dernière est réglementée en France depuis 2009, et le Code de la Santé publique a ainsi séparé la télémédecine en 5 actes médicaux exploitant les TIC santé : 

 

- La téléconsultation : Cette pratique permet au professionnel médical de pouvoir consulter un patient à distance. Le patient peut être accompagné d’un professionnel de santé.

 

- La télé expertise : Cette pratique permet au professionnel médical de solliciter l’avis d’un ou plusieurs professionnels de santé experts à partir du dossier médical du patient. 

 

- La télé surveillance médicale : Cette pratique permet au professionnel de santé d’interpréter à distance les données nécessaires au suivi du dossier médical du patient.

 

- La télé assistance médicale : Elle permet à un à un professionnel médical d’en assister un autre à distance au cours d’une réalisation.

 

- La réponse médicale : Se compose de la régulation médicale lors des appels passés au SAMU ou des centres 15. 

 

 

Comment ce projet s’articulera pour le grand public ? 

 

Selon de projet de loi qui se dessine concernant les téléconsultations remboursables, il suffira de s’inscrire, s’identifier et prendre rendez-vous sur une plateforme où votre médecin traitant ou spécialiste sera inscrit. De plus le patient doit avoir été vu au moins une fois en cabinet par le médecin, à quelques exceptions près comme les habitants de déserts médicaux, les îliens et les détenus par exemple. 
Il restera à régler le souci d’ordonnance électronique, qui sera probablement transmise par le médecin à un pharmacien désigné.

 

Selon la ministre de la Santé ce projet de Télémédecine remboursable devrait voir le jour pour le grand public à l’automne 2018. Il existe déjà un programme de remboursement des téléconsultations depuis novembre 2017, mais il est exclusivement réservé aux Ehpad (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Il est également précisé pour ce projet Télémédecine que pour le moment seuls les médecins généralistes pourront être télésollicités.

 

Aujourd’hui la télémédecine est principalement gérée par des plateformes privées qui ne sont donc pas remboursables par la sécurité sociale. Certaines de ces plateformes sont gérées par des mutuelles ou des assureurs qui prennent en charge le coût du service. Si ce n’est pas le cas, le patient paye comptant la somme de 29€ pour une consultation.
À compter de l’automne 2018, les consultations seront prises en charge par l’assurance maladie et par la complémentaire santé. 

 

Comment les entreprises anticipent-elles ce projet ? 

 

Certaines Startup Françaises ont décidé de ne pas attendre la mise en place du financement par l’assurance maladie en se lançant dans le secteur de la téléconsultation. Voici les 3 principales que nous avons relevées : 

 

H4D la cabine de téléconsultation 

 

L’objet crée par la société H4D est une sorte de cabine dans laquelle est installé un fauteuil permettant de peser, mesurer, et ausculter face à un écran connecté. Comme l’explique le président fondateur Franck Boudino, une trentaine d’instruments utilisant diverses technologies sont installés à l’intérieur afin d’avoir un diagnostic optimisé et exacte de l’état de santé du patient. La société H4D applique le tarif de 3000 à 5000€ /mois aux entreprises et résidences Sénior avec un système de prise de rendez-vous installé préalablement dans l’intranet de l’établissement. 

Ce qui revient à environ 25€ la consultation qui sera entièrement prise en charge par la complémentaire santé. Ainsi depuis 2016 ce sont près de 40 cabines qui ont été déployées dans toute la France.

 

Qare l’abonnement mensuel

 

Qare est une société Française détenue majoritairement par une filiale du groupe Axa et a lancé sa plateforme en Novembre en France. Le tarif est de 29€/mois pour une seule personne et de 49€/mois pour une famille avec accès illimité et sans engagement. Le service est ouvert et accessible de 9h à 23h et compte 52 médecins relevant plus d’une quinzaine de spécialités. Le patient se connecte à distance via une plateforme de vidéotransmission sécurisée et donne lieu à un compte rendu écrit après chaque consultation. Le professionnel peut ainsi délivrer une ordonnance dématérialisée qui porte le numéro d’enregistrement du praticien et un QR code. Cette entreprise semble ainsi s’adapter au projet de remboursement prévu pour basculer l’abonnement à la charge des professionnels de Santé.

 

Zava, la consultation en différé 

 

Zava propose aux patients d’accéder à des médecins sans rendez-vous ni visiophonie. Ce qui ne permet malheureusement pas d’être remboursé via la sécurité sociale ou autre. Le patient doit ainsi remplir un questionnaire en ligne via un canal sécurisé, et le professionnel de santé répond rapidement par texte. L’intérêt du service proposé par Zava et de pouvoir se positionner sur le marché de la Santé intime pour les personnes qui n’aiment pas être vues en vidéo (lieu de travail par exemple). Zava se distingue des forums par sa confidentialité, son accès aux médicaments, ainsi que son système d’ordonnances en 3 heures. Bien évidemment Zava s’engage à contrôler qu’il n’y ait pas de faux compte et refuse la délivrance de somnifères ou autres molécules pour le sevrage de drogues. Implantée dans 6 pays cette entreprise est présente en Angleterre depuis 2010 sur le marché de la télémédecine et depuis 2016 en France.

 

APP in WAVES prend part à cette innovation

 

Depuis le début de l’année APP in WAVES a décidé de prendre part à plusieurs projets dans le secteur de l’e-santé. Principalement implantée à Bordeaux et sur l’île de la Réunion nous avons mis l’accent sur des projets locaux qui permettront leur développement économique tout en apportant une innovation dans ce secteur. 

Voici deux projets sur lesquels APP in WAVES apporte son expérience en 2018 :

 

- Une startup soutenue par la Technopôle de l’île de la Réunion développe un système de téléassistance aux premiers secours. Nous apportons dans ce projet toute notre expertise sur les technologies mobiles et nous accompagnons le porteur sur les aspects liés à la gestion d’un projet numérique.

 - Un projet institutionnel, soutenu par l’ARS à la Réunion, visant à favoriser le parcours de santé dans le traitement des plaies dues au diabète. 

Ce projet de grande envergure est pionnier dans le domaine de l’e-santé à la Réunion puisque c’est la première application dédiée aux professionnels de santé qui viendra se greffer sur le portail OIIS.

Nous développons l’ensemble des solutions techniques liées à la réalisation de l’application et à son interopérabilité avec la plateforme.

 

 

Sources : 

 

• http://www.66millionsdimpatients.org/la-qualite-de-vos-soins/la-telemedecine/

• http://www.leparisien.fr/economie/2018-l-annee-de-la-revolution-de-la-telemedecine-08-04-2018-7652970.php

• https://www.lesechos.fr/economie-france/social/0301231555757-ces-start-up-qui-fleurissent-dans-la-telemedecine-2149731.php#formulaire_enrichi::bouton_google_inscription_article


Article rédigé par Arthur Trelluyer le 11/06/2018