Edito

E-santé : Lancement du dossier médical partagé (DMP) en France

Le 6 novembre 2018, la Ministre de la santé Agnès Buzyn a officiellement lancé le dossier médical partagé (DMP) en France, une mission confiée à une filiale du français Atos. Testé depuis 2016 sur 9 départements, la première phase de développement d’une durée de 18 mois a déjà permis de comptabiliser 1,9 million de DMP selon l’Assurance maladie, l’objectif étant d’atteindre 40 millions de DMP dans 5 ans.

L’e-santé : un domaine en plein essor

Même si le DMP n’a été lancé que depuis un mois en France, l’e-santé est un domaine en plein développement depuis plusieurs années. Bordeaux est même en avance dans ce domaine grâce à de nombreuses startups et à leurs solutions innovantes pour améliorer les pratiques liées à la santé. 

C’est près de Bordeaux, à Pessac, que la start-up Invivox a été créée avant de se développer à New York en 2017 et de devenir la 1ère plateforme mondiale de mise en relation de médecins spécialistes pour de la formation in situ. Interaction Healthcare, leader dans la conception d’applications numériques pour les patients et professionnels de santé, a quant à lui développé MedicActiV, une plateforme de simulation numérique dédiée à la formation en santé qui lui a permis de remporter le prix de Catégorie « Projet d’envergure » lors du 5ème colloque international e-éducation au Canada. Nous retrouvons également de grands acteurs de l’e-santé sur Bordeaux tels que Maincare Solutions ou EDevice.

Pour parler de nous, notre agence web APP in WAVES, également à Bordeaux depuis 2016, accompagne les porteurs de projets innovants dans la conception de leurs projets. Dernièrement, nous avons eu le plaisir de développer deux applications mobile dans le domaine de la télémédecine

  • en octobre 2018, nous avons créé Sara 112, une application d’assistance aux premiers secours lors d’un appel au 112 (vidéos tutorielles, échanges de photos, géolocalisation) ;
  • en novembre 2018, nous avons lancé l’application Géco Plaies qui permet aux infirmiers libéraux de détecter les plaies et de communiquer l’état de santé du patient au médecin.
sara 112
géco plaies

En ce qui concerne le DMP, après plus de 15 ans d’absence, on assiste à son retour depuis novembre 2018. Mis en place en janvier 2011 et, loin d’être une réussite, il avait finalement été rapidement abandonné. Le nouveau DMP, qui a eu le temps de mûrir et de se solidifier, a pour objectif de généraliser le DMP auprès de tous les patients français.

Qu’est-ce que le dossier médical partagé ?

Pour commencer, le DMP est un carnet de santé numérique qui a vocation à remplacer votre carnet de santé papier actuel. Il se veut être plus pratique et plus rapide en permettant d’accéder à tous les documents relatifs à votre santé de façon numérique (bilans de santé, calendrier de vaccination, examens, comptes rendus d’hospitalisation et de consultation, traitements, allergies, antécédents, pathologies, personnes à prévenir en cas d’urgence etc.).

Pourquoi développer le DMP en France ?

Le DMP, comme toutes les inventions technologiques du domaine de l’e-santé, a été créé dans le but d’améliorer les pratiques actuelles et d’ainsi rendre le système de santé plus efficient. Le DMP présenterait donc plusieurs avantages pour les patients, les professionnels de santé, ainsi que la sécurité sociale en matière de partage d’informations, de gain de temps, de qualité de soin et d’économies.

Côté patient, le DMP a pour but d’améliorer le parcours de soins en garantissant  des soins de meilleure qualité et en rendant chaque patient acteur de sa santé. Pour les professionnels, le DMP leur permet d’avoir la bonne information au bon moment et d’ainsi pouvoir administrer les soins nécessaires et de meilleure qualité. Quant à la sécurité sociale, le DMP a pour objectif de générer des économies en réduisant les actes inutiles ou redondants et les interactions médicamenteuses qui représentent actuellement environ 30 % des dépenses de santé.

 dmp

Pratique et utile, le DMP vous permet d’accéder simplement et rapidement à votre dossier de santé via votre compte DMP en ligne ou sur l’’application DMP, sur votre ordinateur, tablette ou smartphone (Android ou iOS). Vous pouvez vous-même enrichir votre dossier médical en ajoutant des documents de santé, les coordonnées des personnes à prévenir en cas d’accident etc. L’Assurance Maladie participe également à rendre votre DMP complet en versant l’historique de toutes les prescriptions et de tous les remboursements sur les deux dernières années. Toutes vos informations et documents de santé auparavant dispersés sont désormais centralisés en un seul et même endroit et disponibles à tout moment, même à l’étranger. Vous pouvez consulter vos informations de santé et visualiser les actions réalisées sur votre DMP en quelques minutes seulement.

Lors d’un rendez-vous avec votre médecin traitant ou un nouveau médecin quelconque (médecin généraldermatologue, ophtalmologue etc.), vous pouvez facilement partager votre DMP avec le professionnel concerné. Le professionnel disposera ainsi de votre historique de santé complet, ce qui facilitera l’examen médical et permettra de mieux vous soigner.

Et surtout : le DMP est confidentiel et sécurisé. Les données de santé sont des données sensibles protégées par le Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD), ce qui a bien été pris en compte dans l’élaboration du DMP. Les données sur votre santé que vous transmettez sur votre DMP sont sécurisées, d’autant plus que vous êtes le seul à pouvoir consulter votre DMP au départ et qu’ensuite c’est vous seul qui décidez de donner ou non l’accès à votre DMP à un professionnel de santé. Une fois votre médecin traitant déclaré, celui-ci aura toujours accès à votre DMP. Pour les autres soignants, vous pouvez leur bloquer l’accès, mettre fin à l’autorisation d’accès et masquer certains documents. 

Toutefois, en cas de situations d’urgence, un accès « bris de glace » est prévu. Cela signifie que tout médecin pourra avoir accès à votre DMP sans avoir besoin de votre accord. Vous pouvez néanmoins vous opposer à cette mesure lors de la création de votre DMP.

En tant que patient, vous êtes maître de votre DMP et avez donc la possibilité de le fermer si cela est votre souhait (les données seront conservées pendant 10 ans). Vous pouvez également demander une copie de votre Dossier Médical Partagé sur support papier ou sur CD, via un formulaire en ligne sur www.dmp.fr.

Qui peut disposer d’un DMP ?

En France, depuis le 6 novembre 2018, toute personne bénéficiant d’un régime de sécurité sociale peut disposer d’un DMP. Toutefois, la création d’un DMP n’est pas obligatoire et toute personne a la possibilité de rester au carnet de santé et documents de santé papier. Le DMP est seulement une solution d’amélioration que chacun est libre d’essayer et d’adopter ou non.

Comment créer son DMP ?

dmp

Tout d’abord, il est important de souligner que la création du dossier médical partagé est gratuite. Pour créer votre dossier médical partagé, vous aurez besoin de :

  • votre carte vitale ;
  • votre identifiant et votre mot de passe communiqués par mail ou par courrier par la sécurité sociale ;
  • renseigner une adresse mail ou un numéro de téléphone mobile pour être averti lorsqu’un nouveau document est ajouté à votre DMP ;
  • déclarer votre médecin traitant ;
  • sélectionner les professionnels de santé pouvant accéder à votre dossier.

Vous pouvez créer votre DMP en ligne ou sur place chez votre caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) ou en pharmacie si celle-ci est équipée des outils informatiques adéquats.

A savoir : Le service de création du DMP en ligne est disponible uniquement pour les assurés des régimes suivants : Régime Général, Cavimac, ENIM, MGP, MNH, Solsantis, Harmonie Fonction Publique, CANSSM, LMDE, CAMIEG, Interiale.

Une véritable avancée

Le DMP, véritable évolution dans notre manière de percevoir la santé, ne compte pas s’arrêter là. Toujours dans le but de rendre chaque patient acteur de sa santé et de sa vie, il est notamment prévu à partir de septembre 2019, que chaque usager pourra renseigner ses directives anticipées dans son DMP (être soulagé de ses souffrances même si cela a pour effet de mener au décès, faire le don de ses organes etc.).

Chaque personne pourra faire entendre ses choix concernant sa fin de vie et faire respecter ses volontés lorsqu’elle ne sera pas en mesure de les communiquer. Les professionnels de santé pourront quant à eux exécuter les décisions des personnes concernées. 

Cette nouvelle mesure permettra de répondre à une vraie problématique de santé : des personnes hospitalisées qui souffrent ou qui sont dans le coma ne peuvent pas communiquer leurs volontés.

Quels sont les freins au DMP ?

Comme pour toute invention technologique, face au lancement du DMP en novembre 2018, plusieurs inconvénients se dessinent.

Tout d’abord, même si le DMP est personnel et sécurisé, certains patients sont frileux à l’idée de mettre en ligne leurs données de santé. Les hôpitaux et cabinets médicaux ne sont quant à eux pas tous équipés de logiciels capables d’intégrer facilement et rapidement des documents dans les DMP des patients. Pendant les 18 mois d'expérimentation, seuls 18 % de médecins libéraux ont alimenté le DMP. Ce chiffre montre bien que les médecins ne sont malheureusement pas encore très impliqués dans le DMP.

 

En effet, la majorité des médecins sont sceptiques quant à l’avenir du DMP et ne sont pas en faveur de sa mise en place. Pour que le DMP puisse être un succès, l’adhésion des médecins est primordiale, mais ces derniers ne sont pas convaincus. Certains racontent leur mauvaise expérience du DMP et des problèmes décelés pendant les 18 mois d’expérimentation : 

  • le DMP n’est pas simple d’utilisation et la mise en ligne de documents de santé est chronophage ;
  • il n’y a pas assez de données disponibles dans le DMP, car tous les professionnels ne l’utilisent pas encore ;
  • le DMP n’est finalement pas forcément utile pour ces médecins qui ont accès aux informations dans leur dossier patient.

La plupart des médecins n’ont plus foi en ce dispositif, l'échec de la première tentative en 2011 n’étant pas innocente. Le dossier médical partagé va devoir faire ses preuves pour convaincre patients, hôpitaux, cabinets médicaux et médecins en vue de se généraliser et de contribuer à une nouvelle pratique de la santé, la santé d’aujourd’hui et du futur : l’e-santé.

App in WAVES accompagne les porteurs de projets e-santé

La santé est un domaine en pleine mutation dynamisé par chaque nouveau projet, les petits comme les grands. Le DMP va peut-être révolutionner les pratiques en matière de consultation et de transmission des documents de santé, mais de nombreux autres projets participent à l’évolution des pratiques en matière de santé. 

En tant qu’agence web, notre ambition est d’aider chaque porteur de projet à développer ses idées. Nous conseillons les porteurs de projets et développons leurs concepts divers (application mobile, site web, site vitrine etc.). Nous les accompagnons vers la concrétisation et la réussite de leur projet innovant. Après Sara 112 et Géco Plaies, App in WAVES souhaite collaborer davantage avec des porteurs de projets e-santé captivants et passionnants.

Sources :

  • https://www.dmp.fr/
  • https://www.ouest-france.fr/sante/parole-d-expert-dossier-medical-partage-quoi-ca-sert-6067371
  • https://www.ameli.fr/gironde/assure/sante/dossier-medical-partage/tout-savoir-sur-dossier-medical-partage
  • https://www.lepoint.fr/societe/exclusif-le-dossier-medical-personnel-un-veritable-gachis-31-08-2012-1501158_23.php
  • https://www.lepoint.fr/editos-du-point/anne-jeanblanc/dossier-medical-partage-le-retour-pour-de-bon-06-11-2018-2268892_57.php
  • https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-188638-opinion-les-medecins-vont-ils-bloquer-le-dossier-medical-partage-dmp-2220958.php
  • https://www.lopinion.fr/edition/economie/dossier-medical-partage-medecins-font-resistance-162337
  • https://www.lemonde.fr/sante/article/2018/11/06/le-carnet-de-sante-numerique-va-devoir-faire-ses-preuves_5379433_1651302.html

Article rédigé par Karine FRIGOUL le 22/11/2018

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à nous permettre de mesurer le trafic sur ce site.